Expériences de la souffrance et luttes sociales

Ce carnet de recherche s’intéresse au rapport entre souffrance et luttes sociales. L’hypothèse centrale consiste à penser que les luttes sociales prennent en partie leur lit sur le sentiment du caractère injustifié, douloureux voire intolérable de l’existence.

Deux études empiriques structurent ces réflexions :

  1. Suicide, expression de soi et performativité politique de la souffrance

La première porte sur une association de prévention contre le suicide. Observateur participant depuis plusieurs années dans une cellule d’écoute, le but consiste à étudier un corpus de milliers de conversations de personnes en situation de précarité psychologique et sociale. Dans l’ensemble de ces messages, il s’agissait de dégager la régularité des façons d’énoncer la souffrance, de comprendre la manière dont les individus s’auto-représentent en tant qu’être vulnérable, et de saisir comment ils attribuent à leur situation une cause particulière.

Au delà d’une description de manière dont la souffrance s’énonce, il s’agit d’envisager la portée politique de ces témoignages. Il s’agit en particulier de reconstituer les attentes normatives ordinaires des personnes en proie à la détresse. Parler « d’attentes normatives ordinaires » ne signifie pas que l’analyse part de ce que les gens croient être. Elle part plutôt du manque que les gens ordinaires éprouvent, de la défaillance ressentie, du sentiment de leur propre désubjectivation et de leur incapacité à devenir autre. Plus généralement, cette inclination théorique pose la question de savoir comment les individus ordonnent le monde ou voudraient qu’il soit ordonné pour qu’ils ne souffrent pas ou qu’ils ne s’autolimitent plus. Car en effet, si la vie est effectivement désavouée tout ou en partie, c’est toujours au regard d’une idée que chacun se fait de la vie bonne.

Cette perspective ouvre la voie à une appréhension politique de la souffrance. T.W Adorno le signalait déjà ; le fait de souffrir et d’en avoir conscience – que se soit sous la forme de ressentis, de colères ou d’émotions –  comporte en soi un potentiel cognitif. Le « malheureux » est susceptible de réfléchir ce qui, dans son vécu ordinaire, suscite sa désapprobation et produit un décalage par rapport à ce qu’il est légitime de vivre. Pour les critiques, la voie est ouverte pour lier la souffrance avec les capacités subjectives de résistance (Adorno, 2003). Souffrir est manifester une forme de résistance infrapolitique. Elle indique au sujet et à son entourage que la vie telle qu’il la mène n’a pas de sens et qu’il en a pas nécessairement la responsabilité exclusive.  En d’autres termes, ce travail de requalification politique tente de penser la discordance entre l’intériorité et le monde. Il cherche à saisir l’articulation entre la succession nébuleuse et instructurée des états d’âme et le fondement de la pensée d’un meilleur monde dont la plupart est pourtant d’avance convaincu de sa défaite. Reconstituer cette « normativité ordinaire » et en donner l’écho dans le champ de l’expression collective, ouvre alors la voix pour penser les termes de ce « nouveau possible » et de ce « nouveau commencement ». C’est là le point de départ du geste critique.

Terrain n°2. Ethnographie de luttes sociales : le cas des Moudjahidines syriens à Alep et Hama (2012-ce jour)

De manière lapidaire, le projet pourrait être résumé ainsi : il s’agit de comprendre les ressorts subjectifs qui poussent des individus, qu’ils soient civils ou d’anciens militaires, à s’engager dans une lutte armée. Le « basculement subjectif » signifie qu’aux dénonciations et aux ruminations résignées des multiples injustices et infortunes dont ils font depuis longtemps l’expérience, ces hommes basculent et se tiennent désormais prêts à donner leur vie pour la combattre. Tuer et mourir devient désormais possible pour ces hommes, dont l’immense majorité n’était pourtant pas spécifiquement préparée à la guerre. C’est s’autoriser à poser la question de ce qui transforment les malheurs ordinaires en des plaintes puis en une colère qui impulse une réappropriation active du monde quand bien même celle-ci passe par l’administration de la violence. Quatre séjours de recherche ont été réalisés en Syrie entre 2012 et 2014 dans la région d’Alep et de Hama, soit une ethnographie de 68 jours.

Correspondance entre ces deux terrains

Ces deux terrains se rejoignent autour d’un projet global qui consiste à penser l’articulation entre « souffrance sociale » et « politique ». Dans la lignée théorique d’E. Renault, de M. Foessel, de F. Fischbach, l’hypothèse est que la plupart des luttes sociales prennent leur lit dans des expériences de vie douloureuses et injustifiées. En effet, si la souffrance sociale peut avoir des effets (provisoirement) antipolitiques (terrain n°1),  il est des cas où les hommes « malheureux » se transforment en des « enragés », où la haine succède à la plainte (Arendt, 1967). Le cas de la Syrie témoigne de la centralité du discours sur la souffrance passée dans les ressources qui supportent la lutte armée.